Blog

Facebook – 16 mars 2020

Salut les survivants. Comme beaucoup de Suisses et autant d’étrangers, j’ai suivi la conférence de presse du Conseil fédéral.

A-t-on perdu du temps avant de prendre des mesures d’urgence? A observer le comportement de notre société, qui a elle-même peiné à prendre la mesure de l’ampleur de l’épidémie, je pense que les autorités ont été en adéquation avec un système fédéraliste, sans doute plus compliqué qu’un pays au pouvoir centralisé. Un système plus compliqué, mais pas moins efficace que ceux de nos voisins.

En période de grande crise, qui a pris sa place avec une rapidité foudroyante, les décisions d’un collège fédéral, représentant la plupart des partis, sont rassurantes, dans la mesure où la politique s’est effacée devant l’urgence. Un soucis commun a surgi et il me plaît de le relever.

A défaut de terrasser rapidement ce virus inconnu, les autorités ont rassuré la population : décréter l’état d’urgence, en Suisse, ce n’est pas de la responsabilité d’un homme ou d’une femme. Notre pays a ses propres racines, sa propre histoire. Elles sont, ce 16 mars 2020, respectées et sont toujours d’actualité pour répondre à une situation exceptionnelle comme elles le sont au quotidien, par beau temps.

Résistez au virus, j’ai très envie de vous revoir sur une terrasse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code